pub6

 

SONDAGE  D'OPINION SUR LES GRANDES ACTIONS DU GOUVERNEMENT:

La grande la majorité des maliens sont d'avis avec le Président sur les grandes questions du nord: pas de négociation avant le désarmement (95.1% sont pour cette position); pas de négociation dans un autre pays en dehors du Mali (93.3% sont pour cette position) et même les nordistes ne sont ni pour l'indépendance, ni pour l'autonomie (plus de 87% sont pour un Mali un et indivisible).

Et 70.8% sont satisfaits de la gestion du pays contre 27.6% qui ne le sont pas.

Dans notre dernière contribution, nous avons traité  l'opinion de la population sur certaines actions du gouvernement. Il s'agissait de l'arrestation du Général amadou Aya Sanogo, de l'arrestation des magistrats et de la volonté du gouvernement de lancer une poursuite contre le Président ATT.

Pour rappel, le sondage d'opinion que nous traitons a été mené du 14 au 25 février sur 3 495 individus dans les huit capitales régionales et dans  le district de Bamako. Nous avons trouvé que 68.2% de la population sont pour une poursuite contre  ATT;  63.6% sont satisfaites de l'arrestation du Général Amadou Aya Sanogo et  77.3% sont satisfaites de l'arrestation des magistrats. Le cas des deux Amadou (Amadou Toumani et Amadou Aya) divise Mopti d'une part et Ségou, Koulikoro de l'autre. Mopti n'est pas pour une poursuite contre  ATT et est bien satisfait de l'arrestation d'Amadou Aya alors que Ségou et Koulikoro sont pour une poursuite contre ATT et ne sont pas satisfaits de l'arrestation d'Amadou Aya.

La présente contribution traite l'opinion de la population sur  les négociations avec les groupes armés. Le président de la République a pour position: pas de négociation avant le désarmement; pas de négociation dans un pays autre que le Mali; il n'y aura ni indépendance ni autonomie. Nous avons testé l'avis de la population sur ces différents aspects et sur la gestion du pays.  Les questions  posées sur le nord peuvent se résumer comme suit:

  • êtes-vous d'accord ou pas avec le Président de la République sur le fait de ne pas négocier avec les rebelles tant qu'ils sont armés?
  • Êtes-vous  d'accord ou pas avec le Président de la République sur le fait que les négociations doivent se passer uniquement au Mali et non dans un autre pays?
  • Quelle est votre opinion sur  le Mali un et indivisible; le Mali avec une autonomie accordée au Nord et le Mali divisé en deux  avec une indépendance accordée au Nord? Les réponses des nordistes est particulièrement importantes.

Le fait de ne pas négocier avec les rebelles tant qu'ils sont armés:

  • Êtes-vous d'accord ou pas avec le Président de la République sur le fait de ne pas négocier avec les rebelles tant qu'ils sont armés?: nous avons trouvé que :  95.1% de la population sont d'accord avec Le Président sur ce point. La quasi-totalité de la population est donc d'avis avec le Président sur le fait de ne pas négocier avec les groupes rebelles tant qu'ils restent armés. Au niveau régional, dans toutes les régions, sauf à Kidal, au moins 92% de la population sont d'accord sur ce point. Même à Kidal la proportion de personne d'accord avec ce principe s'élève à 74.1%. Il ressort de nos résultats que des régions du nord (Gao et Tombouctou) viennent en première position avec  respectivement  99.1% et 98.4% de la population qui sont pour un désarmement avant les négociations. Dans les régions de Kayes, Koulikoro, Mopti c'est environ 93% qui sont pour ce principe. On conclu donc que les maliens (à plus de 95%) sont vraiment pour le désarmement avant les négociations et que même la quasi-totalité de la population du Nord (plus de 90%) est d'avis avec le Président sur ce principe.
  • À la question de savoir si vous êtes d'accord ou pas avec le Président de la République sur le fait que les négociations se passent uniquement au Mali: 93.3% de population sont d'accord avec le Président sur ce point. Dans toutes les régions sauf à Kidal, au moins 86% de la population sont d'accord sur ce point ; même à Kidal la proportion de personne d'accord avec ce principe s'élève à 76.9%. A Tombouctou cette statistique est de 96.9% alors qu'elle atteint 99.1% à Gao. On conclut donc que la population (à plus de 93%) est  vraiment pour  une négociation au Mali et non dans un autre pays et que même la quasi-totalité de la population du Nord est d'avis avec le Président sur ce principe.
  • Quel  est votre choix entre le Mali un  et indivisible; le Mali avec une autonomie accordée au Nord et le Mali avec une indépendance accordée au Nord, il ressort de nos résultats que: 96.4% de la population sont pour un Mali un et indivisible. La quasi totalité des maliens ne sont donc ni pour l'indépendance ni pour l'autonomie, ils sont pour un Mali un et indivisible. Au niveau des régions, dans ceux qui ne sont pas du Nord (Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et Mopti) on note qu'au moins 96% de la population sont pour un Mali un indivisible. Concernant les régions du Nord, sans aucune ambiguïté, la majorité est aussi pour un Mali un et indivisible: à Gao, 92.5% sont pour un Mali un et indivisible alors que seulement 7.5% sont pour une autonomie du Nord; à Tombouctou 85.9% sont pour un Mali un et indivisible alors que seulement 12.5% sont pour une autonomie du Nord et même à Kidal, 69.2% sont pour un Mali et indivisible et 26.9% sont pour une autonomie du Nord. Un calcul fait sur les régions du Nord: Gao, Tombouctou et Kidal donne les résultats suivants: plus de 87% des nordistes sont pour un Mali un et indivisible et moins de 12% des nordistes sont pour une autonomie. On conclut donc que: la quasi-totalité (plus 98%) des nordistes sont contre l'indépendance du Nord;   seulement environ 1 nordiste sur 10 est pour l'autonomie de gestion et plus de 8 nordistes sur 10 sont pour un Mali un et indivisible. La volonté des maliens en général et des nordistes en particulier est donc de rester dans un Mali un et indivisible.

Il est donc important que la communauté internationale et les pays amis du Mali comme la France, aident les maliens à rester dans leur objectif du Mali un et indivisible. Nous invitons, les chercheurs statisticiens et autres personnes intéressées par la crise malienne d'infirmer ou de confirmer nos résultats par des méthodes scientifiques.

  • Évaluation des cinq premier mois du Président IBK:

Après cinq mois à la tête du pays, quelle est l'opinion de la population sur le Président de la République, sur sa gestion et quels sont les aspects les plus critiqués de la gestion du Président.?

À la question de savoir, quelle est votre opinion sur le Président IBK? il se trouve que: 86.4% de la population ont une opinion favorable du Président, 12.3% ont une opinion défavorable et 1.3% n'ont pu donné de réponse à cette question. Le Président de la République garde donc une très bonne image auprès de la population. Au niveau régional, dans toutes les capitales, la proportion de personne ayant une opinion favorable du Président vaut au moins 84%. Le plus faible taux est observé à Bamako avec 84% d'opinion favorable.

Concernant la gestion du pays: 70.8% de la population se disent satisfaite de la gestion du pays; 27.6% ne le sont pas et 1.6% n'ont pu donner de réponse à cette question. La grande majorité des maliens sont donc satisfaits de la gestion du pays ; cependant un taux non négligeable de 27.6% représente la  population  non satisfaite. Il est important de comprendre les raisons de leur insatisfaction. Toujours concernant la gestion du pays, au niveau des régions, les villes de Bamako et Koulikoro présente les taux les plus faibles de satisfaction (respectivement 67.6% et 67.2%). Dans les autres régions la proportion de personnes satisfaites dépasse les 73%.

Nous avons posé la question de savoir s'il existe un aspect de la gestion du Président IBK qui ne vous plait pas du tout. Pour cette question 60.5% de la population disent ne pas avoir un aspect très négatif à signaler. La majorité de la population n'a donc pas de grand reproche à faire au Président. Cependant, les trois principales reproches faites au Président concernaient  l'arrestation des militaires  l'arrestation de fonctionnaires et le fait de mêler des parents dans la gestion du pays.

En termes de proportion, c'est 6.3% qui se plaignent de l'arrestation des militaires. Signalons que cette valeur est beaucoup tirée de la situation de Ségou et de Koulikoro. Dans ces villes respectivement 12.4% et 13.3% de la population signalent l'arrestation de militaires comme aspect le plus gênant dans la gestion du pays. Concernant l'arrestation des fonctionnaires, 4.1% signalent que cette action est celle qui ne leur a pas du tout plu. Enfin, 3.3% de la population signalent que c'est l'implication des parents dans la gestion du pays qui ne leur a pas plus.  Même si cette statistique est relativement faible, il est important que le Président de la République tienne compte de cet aspect dans un pays comme le Mali dans les décisions futures.

La prochaine contribution portera surtout sur le niveau corruption, la confiance portée au Président dans la résolution de grands problèmes au Mali et sur les élections législatives:  Est-ce que la population a confiance au Président de la République dans la résolution des problèmes comme la situation du Nord; la corruption; le chômage; la vie chères? Quelle est l'avis des maliens sur le niveau de corruption et sur les différents cas de corruption?  La corruption au niveau de la police, au niveau de la justice, au niveau de l'administration est-elle élevée ou faible? Jusqu’à quel degré de patience usera la population pour la résolution de la situation du nord et de la corruption? Après les élections législatives, quelle est l'opinion de la population d'abord sur ces élections, et ensuite sur la composition de l'Assemblée Nationale et sur le choix de son  Président?

 

 

Guindo Sidiki,

Ingénieur Statisticien Economiste.

Ancien Élève des Écoles de Statistique et d'Économie appliquée d'Afrique

guindosidiki@yahoo.fr

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau